le-monde-actuel.fr
Image default
Société

Les 5 caïds de la drogue les plus célèbres

Les 5 caïds de la drogue les plus célèbres
5 (100%) 1 vote

Ces trafiquants de drogue mènent des vies brutalement violentes et impitoyables, bien plus sales que ce que Hollywood pourrait jamais dépeindre.

Les nombreuses évasions de prison de Joaquín “El Chapo” Guzmán nous rappellent que le commerce de la drogue n’est pas seulement un décor coloré pour les émissions de télévision et les films américains populaires. Il s’agit en fait d’un commerce violent et mortel, peuplé d’hommes (et même de quelques femmes) qui tuent non seulement indirectement, par la distribution de leurs produits toxiques, mais aussi directement, par l’intermédiaire de tueurs à gages qui intimident et assassinent des rivaux, des représentants du gouvernement et, souvent, des passants innocents.

Nous examinons brièvement cinq des trafiquants de drogue les plus notoires de notre époque :

Joaquín “El Chapo” Guzmán

Joaquín Archivaldo Guzmán Loera, l’homme qui s’est fait connaître sous le nom d'”El Chapo” (“le petit”), a certainement l’air discret : 1,65 m, d’âge moyen, d’apparence moyenne. Mais son apparence banale est trompeuse. Guzmán est le pivot du cartel de Sinaloa, la source du plus grand pourcentage de drogues importées aux États-Unis chaque année : cocaïne, marijuana, méthamphétamine et héroïne, toutes livrées à la tonne par des canaux de distribution terrestres et aériens élaborés. Plus d’informations sur les cartels mexicains sur le site Voyages-au-Mexique.fr

Guzmán semblait destiné au commerce de la drogue. Son oncle était l’un des premiers trafiquants de drogue mexicains, et le jeune Joaquín a rapidement été impliqué dans l’entreprise familiale. Il a rapidement pris de l’importance au sein du cartel, alors que des luttes intestines faisaient rage entre les rivaux, tant au sein du cartel qu’à l’extérieur. En 2006, violant un pacte entre cartels, Guzmán a ordonné un assassinat qui a déclenché ce que l’on appelle aujourd’hui la guerre de la drogue au Mexique. Ce conflit entre cartels a fait plus de 60 000 morts et 12 000 enlèvements. Au fil du temps, Guzmán est devenu milliardaire et l’un des hommes les plus puissants du monde.

La loi a rattrapé Guzmán de 1993 à 2001, lorsqu’il a été arrêté et emprisonné. Mais il a pris ses aises en prison, à coups de pots-de-vin et d’intimidations, jusqu’à son éventuelle évasion (qui a nécessité la corruption de 78 personnes et lui a coûté plus de 2 millions de dollars à organiser). Arrêté à nouveau le 22 février 2015, El Chapo n’a pas tardé à s’évader pour la deuxième fois d’une prison de haute sécurité, le 11 juillet. Comment a-t-il fait ? Il s’est glissé par un trou sous la douche de sa cellule et s’est échappé par un tunnel de plusieurs kilomètres qui menait à un chantier de construction à l’extérieur.

Après l’évasion de Guzmán, le candidat républicain à la présidence de l’époque, Donald Trump, n’a pas perdu de temps pour tweeter à ce sujet. “Le plus grand baron de la drogue du Mexique s’échappe de prison. Une corruption incroyable et les États-Unis en paient le prix. Je vous l’avais dit”, a tweeté Donald Trump, faisant allusion à des remarques controversées sur les immigrants mexicains qu’il avait faites lors du lancement de sa campagne présidentielle.

El Chapo aurait répondu à Donald Trump par le biais de ce qui serait le compte Twitter officiel du baron de la drogue.

Pendant que Trump renforçait sa sécurité et déclarait que le FBI enquêtait sur la menace, El Chapo était occupé à fuir et le Mexique offrait une récompense de 3,8 millions de dollars pour toute information menant à sa capture.

Le 8 janvier 2016, le président mexicain Enrique Peña Nieto a annoncé via Twitter que les autorités avaient recapturé le baron de la drogue.

En janvier 2017, le gouvernement mexicain a extradé Guzmán vers les États-Unis pour répondre à des accusations de trafic de drogue et d’autres accusations. Guzmán a comparu devant un tribunal fédéral américain et a plaidé non coupable à plus d’une douzaine d’accusations. En juillet 2019, El Chapo a été condamné à la prison à vie plus 30 ans, en même temps qu’il a été condamné à payer 12,6 milliards de dollars de restitution.

Pablo Escobar

Si l’on peut dire qu’un homme représente l’idée d’un “baron de la drogue”, cet homme est Pablo Escobar. Alors qu’il dirigeait le cartel de Medellín en Colombie dans les années 70 et 80, les tactiques impitoyables d’Escobar ont assuré un flux constant de cocaïne vers l’Amérique. Certaines sources estiment que 80 % de la cocaïne importée dans ce pays provenait de l’entreprise d’Escobar, soit quelque 15 tonnes par jour à son apogée.

Escobar est devenu l’un des hommes les plus riches du monde (avec une valeur estimée à près de 10 milliards de dollars) en éliminant ses rivaux et en favorisant la corruption au sein du gouvernement colombien. Les fonctionnaires qui ne cédaient pas aux pots-de-vin connaissaient souvent une fin violente. Il a assassiné des candidats aux élections, des juges, des policiers et des journalistes. Il a posé une bombe dans un avion pour tuer un candidat à la présidence ; le candidat n’était pas dans l’avion, mais 110 personnes innocentes y étaient. Au final, Escobar sera responsable de la mort de plus de 4 000 personnes.

Les actes de terrorisme intérieur d’Escobar ont fini par monter l’opinion publique contre lui, malgré ses tentatives de s’attirer les faveurs du public par des activités philanthropiques. Lorsqu’il a été abattu en 1993 alors qu’il fuyait les soldats du gouvernement sur les toits, sa réputation était aussi trouée que son cadavre. Sa renommée, cependant, lui a survécu.

Griselda Blanco

Les caïds de la drogue ne sont pas tous des hommes. Griselda Blanco, surnommée “La Madrina” ou “la marraine”, est l’une des “reines” de la drogue les plus impitoyables de tous les temps. Blanco était l’une des figures clés du cartel de Medellín et on lui attribue le rôle de mentor d’Escobar, qui allait devenir son ennemi.

Mme Blanco s’est d’abord fait connaître en concevant des soutiens-gorge et des gaines destinés à dissimuler la cocaïne de contrebande. Elle a quitté la Colombie au début des années 70 et s’est installée dans le Queens, à New York, où elle a mis en place une opération de grande envergure. En 1975, elle a été inculpée lorsque le gouvernement a intercepté une énorme cargaison de cocaïne. Blanco s’est enfuie en Colombie, mais elle n’a pas tardé à revenir, cette fois à Miami.

Osiel Cárdenas Guillén

Comme certains mafiosos, il est utile d’avoir un surnom mémorable si vous voulez être un baron de la drogue. Osiel Cárdenas Guillén en a un des plus sinistres : “El Mata Amigos”, ou “Le tueur d’amis”. Cárdenas a gagné ce surnom en assassinant son ami Salvador Gómez, qui était en passe de prendre le contrôle du cartel du Golfe en 1996. Inutile de dire que le cartel du Golfe a rapidement eu un nouveau chef.

Le U.S. Border Security Handbook décrit le Gulf Cartel comme “particulièrement violent” et, sous la direction de Cárdenas, il a étendu sa portée. Il a infiltré la branche autrefois incorruptible des forces spéciales de l’armée mexicaine et a constitué une armée de mercenaires privés qui a protégé ses intérêts et imposé sa volonté. Cette armée a fini par être connue sous le nom de Los Zetas (“Les Z”), un groupe brutal plus enclin à décapiter un fonctionnaire qu’à le corrompre. Avec une telle organisation à sa disposition, le cartel de Cárdenas est devenu l’une des organisations de trafic de drogue les plus puissantes du monde.

Frank Lucas

Bien qu’une grande partie des trafiquants de drogue proviennent d’Amérique centrale, les États-Unis ont eu leur part de caïds de la drogue locaux. Il y a eu “Freeway” Ricky Ross, l’un des principaux responsables de l’épidémie de crack au milieu des années 80, “Nicky” Barnes, surnommé “M. Intouchable” (il ne l’était pas), et Jemeker Thompson, la “Queen Pin”. Le plus célèbre d’entre eux est sans doute Frank Lucas, qui, au début des années 70, distribuait son héroïne “Blue Magic” dans tout Harlem.

Originaire de Caroline du Nord, Lucas arrive à New York et se lie rapidement avec le gangster local “Bumpy” Johnson. Après la mort de Johnson, Lucas voit l’occasion de se lancer dans le commerce de la drogue, jusqu’alors dominé par la mafia italienne. Utilisant des contacts militaires à l’étranger, il établit un réseau de distribution directement depuis l’Asie du Sud-Est. Le pavot était cultivé et transformé en héroïne, puis ramené aux États-Unis dans des avions militaires (Lucas lui-même a affirmé que l’héroïne était parfois emballée dans les cercueils des soldats ramenés du Vietnam par avion). La pureté de l’héroïne, associée aux tactiques violentes de Lucas à l’égard de ses concurrents et de la police corrompue de New York au début des années 70, a permis à Lucas de gagner rapidement des millions de dollars par mois.

Ces 5 barons de la drogue et plus particulièrement el Chapo Guzman et Pablo Escobar ont vu leur notoriété grandir depuis quelques années avec le développement de nombreuses séries TV retraçant leur vie dans les organisations mafieuses les plus célèbres du monde (Cartel de Sinaloa au Mexique pour Guzman et Cartel de Medellin en Colombie pour Pablo Escobar).

A lire aussi

Comment choisir son chargeur pour batterie de bateau ?

Emmanuel

Quel est l’intérêt d’une application mobile métier ?

Emmanuel

Municipales 2020 : La composition et l’élection du conseil municipal

Tambi

Électricien fiable : quels sont les différents critères de choix ?

administrateur

France : la loi mobilité pour une réforme du secteur des transports

Tambi

Comment choisir le bon nom de domaine

Journal